Vous faites l'actualité, nous la commentons !
Recherche par mots clés :
Bonjour cher visiteur, n'oubliez pas de vous inscrire Ă  notre billet quotidien en cliquant ici
<< Retour
Vaccins anti-Covid - Les États-Unis favorables à la levée des brevets
Ça s'alerte !
Le 06-05-2021
capture d'Ă©cran
« Les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires », telle est la motivation cette décision donnée par la représentante américaine au Commerce Katherine Tai.
Les pays pauvres manquent cruellement des précieuses doses de vaccins. L’Inde, l’Afrique du Sud et une centaine de pays la réclament et ce mercredi 5 mai, par une prise de position exceptionnelle, les États-Unis se sont dits favorables, à la levée des protections de propriété intellectuelle sur les vaccins anti-Covid. Et selon l’annonce de l’Administration Biden, cela permettra d’accélérer la production et la distribution des précieux sérums dans le monde.



En soulignant l’urgence de la situation, la représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, a affirmé : « Il s’agit d’une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires ».

Cette décision américaine a été saluée sur Twitter par le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, comme une « décision historique ».

Et le ministre néo-zélandais de l’Agriculture et de la Biosécurité a, lui aussi, réagi favorablement sur Twitter à cette décision. « Nous accueillons chaleureusement et soutenons fortement les propositions de levée des brevets sur les vaccins. Nous travaillerons activement avec nos partenaires pour faire avancer ce dossier », a-t-il posté.



Par ailleurs, Katherine Tai a précisé que Washington participe déjà « activement » aux négociations menées au sein de l’Organisation mondiale du commerce pour permettre la levée de ces brevets.

Malheureusement, celle-ci pourrait néanmoins prendre du temps, de nombreux pays, dont la France et le Royaume-Uni ainsi que les laboratoires pharmaceutiques, y sont opposés. La France plaide plutôt pour des dons en faveur des pays démunis.

Actuellement, les brevets sont détenus essentiellement par des laboratoires américains et leur levée les priverait, selon eux, d’une manne financière pour des innovations coûteuses.

Pour l’heure, sollicités par l’AFP, les laboratoires Johnson & Johnson, Pfizer et Moderna n’ont pas encore réagi à l’annonce américaine.

Par contre, dans sa réaction de ce mercredi, la Fédération internationale de l’industrie pharmaceutique (IFPMA) a qualifié la décision américaine de « décevante ».



Dans un communiqué, l’IFPMA a indiqué : « Nous sommes totalement en phase avec l’objectif que les vaccins anti-Covid 19 soient rapidement et équitablement partagés dans le monde. Mais comme nous n’avons de cesse de le dire, une suspension est la réponse simple, mais fausse à un problème complexe ».

Pour Stephen Ubl, le président de la fédération américaine (PhRMA), cette décision pourrait « affaiblir davantage les chaînes d’approvisionnement déjà tendues et favoriser la prolifération des vaccins contrefaits ». Ainsi, il préconise de s’attaquer au problème de la distribution et de la disponibilité « limitée » des matières premières.

Réunis à Londres depuis lundi pour leur première rencontre en personne en deux ans, et exhortés par l’OMS à la solidarité dans ce domaine, les ministres des Affaires étrangères des États membres du G7 (États-Unis, Japon, Canada, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie) ont repris leurs discussions sur les moyens d’augmenter leur assistance financière ou de partager leurs doses excédentaires pour aider les États pauvres.

Subrahmanyam Jaishankar, le chef de la diplomatie indienne, et dont le pays fait face à une grave situation de Covid-19, a été contraint de participer virtuellement à cette réunion.

En effet, Covax, le système de partage avec les pays pauvres, qui se fournit principalement en sérums d’AstraZeneca, patine : seules 49 millions de doses ont été livrées dans 121 pays et territoires, pour un objectif de deux milliards en 2021.



Cette annonce américaine intervient alors que la fracture se creuse entre les nations déshéritées à la peine et les pays riches, où les campagnes de vaccination permettent une levée progressive des restrictions sanitaires. En effet, aux États-Unis, elles seront bientôt élargies aux adolescents et au Canada aux enfants dès 12 ans, tandis que, par exemple au Danemark, la situation épidémiologique est sous contrôle : ce jeudi, les cinémas, les théâtres, et les centres de fitness seront rouverts sur présentation d’un « coronapas », passeport sanitaire certifiant d’un test négatif de moins de 72 h, d’une vaccination ou d’une guérison récente du Covid-19.

Et en Inde, selon des données officielles publiées ce jeudi 6 mai, 412 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures.

Finalement, selon un bilan établi par l’AFP le mercredi 5 mai, la pandémie a fait plus de 3,2 millions de morts dans le monde depuis l’apparition du Covid-19 fin décembre 2019, en Chine.

Copyright La Pause Gentle'Mâle
Vous avez aimé cet article ?
Toujours plus...
Un hôpital public en Norvège
Une grenouille avec un oiseau dans sa gueule
Qui est Mirka, la mystérieuse femme de Roger Federer ?